Traiter les allergies

Publié le : 15/06/2017 14:50:48
Catégories : Infos allergies

Afin de traiter une allergie, il est important d'identifier l'allergène responsable et d'éviter, si possible, tout contact avec celui-ci.

En effet, le premier médicament pour prévenir les réactions allergiques, c'est l'éviction!  Toutefois, un évitement n'est pas toujours possible car certains allergènes sont omniprésents (poussières, pollens...). Une fois que les allergènes responsables auront été identifiés, de nouveaux comportements devront être adoptés afin d'éviter le déclenchement des allergies. Eviction d'un aliment, un changement de crème pour la peau, la pose d'une housse anti-acariens...

La médecine classique

Les médicaments

De nombreux médicaments peuvent aider et soulager les personnes allergiques. Parmi les plus courants citons :

  • les antihistaminiques : ils bloquent l'action de l'histamine (substance inflammatoire  libérée par les cellules en cas de réaction allergique) et sont efficaces contre certains symptômes : yeux qui pleurent, démangeaisons, nez qui coule,  éternuements… Ils sont, en effet, indiqués dans le traitement de la rhinite, de la conjonctive, de l'urticaire...  mais très peu efficaces sur l’asthme ! Exemples de marques : Cétirizine, Zirtec...
  • les bronchodilatateurs : ils permettent de relâcher les muscles qui, contractés, rétrécissent les voies respiratoires des asthmatiques (légers).
  • Le cromoglycate de sodium (antiallergique) : il se présente sous différentes formes, collyre contre la conjonctivite allergique, spray nasal dans le cas de la rhinite allergique, ampoule buvable pour les allergies alimentaires ou encore inhalateur dans le cas d'un asthme modéré. Très bien toléré par l'organisme (effets secondaires limités), il agit en prévenant la libération de l'histamine et d'autres substances inflammatoires.
  • La cortisone : les corticoïdes sont très efficaces mais requièrent un suivi médical strict. Ils ont d'importantes propriétés anti-inflammatoires et sont prescrits dans le traitement du rhume des foins (sous forme de spray nasal), de l'asthme chronique (inhalateur) ou encore dans le cas d'allergies cutanées (crème). Ils sont, en général, réservés aux allergies sévères et ils nécessitent une prescription médicale (ordonnance).

La désensibilisation

Traitement rigoureux et de longue haleine (3 à 5 ans), il peut être administré dans les cas d'allergies aux acariens, animaux, moisissures et surtout au venin d'hyménoptères (frelons, guêpes et abeilles) pouvant entraîner un risque mortel. La désensibilisation repose sur l'administration de quantités croissantes de l'allergène responsable des réactions allergiques. L'objectif est de diminuer et d'éviter l'aggravation des manifestations allergiques.

Les médecines alternatives ?

A côté des traitements traditionnels dispensés par le corps médical et qui sont à privilégier pour mener un véritable traitement de fond (désensibilisation, prescription de médicaments tels que  corticoïdes, antihistaminiques,…), de plus en plus de personnes se dirigent aussi vers des médecines dites douces (homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, apithérapie, acupuncture, utilisation de produits naturels et d’oligoéléments). Certaines de ces méthodes vont permettre de soulager les symptômes dus aux réactions allergiques et peuvent constituer un complément précieux à la médecine conventionnelle. Néanmoins, ces médecines parallèles doivent venir en complément du suivi médical conventionnel et ne peuvent se substituer à lui. Nous ne pouvons que vous mettre en garde contre ceux qui sous le couvert de "thérapies naturelles" ou "méthodes alternatives" exploitent la crédulité des personnes touchées. 

Partager ce contenu